• Intimité : restauration vulvo-vaginale

Intimité : restauration vulvo-vaginale à Le Crès - Montpellier

Avoir une vie sexuelle épanouie, c’est cela aussi rester jeune !  

Mais l’arrivée de la ménopause apporte parfois un sérieux coup de frein au plaisir.

Les parties les plus secrètes de l’anatomie féminine n’échappent pas non plus au « coup de vieux » de la cinquantaine : atrophie et sécheresse vulvo-vaginales, affaissement des lèvres apparaissent parfois après la ménopause.

Même si le sexe est très conditionné par la tête, on le fait avec le corps ! il est donc tout à fait licite de vouloir conserver un bel aspect et un fonctionnement optimum de son sexe. 

Au centre de dermatologie esthétique et laser du Cres, nous nous sommes dotés des techniques les plus innovantes qui permettent de retrouver des relations intimes harmonieuses pour toutes celles et ceux qui refusent de tirer un trait sur leur vie amoureuse. Nous savons combien une sexualité non épanouie altère la qualité de vie.

Le laser de restauration génitale Gynelase et la radiofréquence par Liposcult, destinés au rajeunissement fonctionnel du vagin sont des avancées extraordinaires qui peut faire repartir en flèche la libido.

La carence oestrogénique entraine des modifications de la vulve, du vagin et de l’urètre et on parle de syndrome génito-urinaire.

Il arrive, bien sûr, surtout après la ménopause (âge moyen 50 ans) mais il se voir aussi chez des patientes souffrant de ménopause précoce consécutive à une ovariectomie bilatérale, à une irradiation du bassin et/ou à une chimiothérapie, ou bien lors de la prise d’hormones contraceptives qui sèchent la muqueuse ou même après des grossesses difficiles.

La baisse du taux d’estrogène a les mêmes conséquences sur la peau que sur la muqueuse vaginale et vulvaire.

La muqueuse vaginale est comme un tapis très fin sous lequel se trouve le chorion.
Le chorion est fabriqué par les fibroblastes qui synthétisent des fibres collagènes, d’élastines de l’acide hyaluronique.

Il y a aussi de nombreux vaisseaux et des nerfs. Avec la carence d’estrogène liée à la ménopause, ce sous-sol s’appauvrit. La lubrification, qui est assurée par les vaisseaux sanguins ne se fait plus.

L’atrophie vaginale entraîne un inconfort, une gêne dans les rapports sexuels qui perturbe beaucoup le plaisir de la femme et donc du couple.
L’atrophie vaginale modifie la flore vaginale qui entretien une bonne physiologie du vagin. Elle favorise les mycoses et infections à répétitions.
Le vagin atrophique se déplisse et entraine une moins bonne continence de l’urètre.

Cela donne des fuites urinaires d’effort (toux, sport, rires) et favorise, avec le déséquilibre de flore vaginale, les infections urinaires récidivantes… La gêne est amplifiée par l’atrophie des muscles du vagin et du périnée.

Deux à trois ans après la ménopause, 30 % des femmes qui ont une vie amoureuse se plaignent de douleurs lors des rapports sexuels. Pour la majorité d’entre elle, les lubrifiants et les ovules d’estrogène ne suffisent plus à leur permettre des relations épanouies.

Le traitement hormonal substitutif est une bonne indication contre les troubles de la ménopause mais certaines femmes y sont hostiles et d’autres présentent des contre- indications médicales.


Nous vous proposons deux techniques complémentaires :

Le traitement par laser CO fractionné endovaginal Gynelase permet de restituer une muqueuse et donc une flore normale. Deux séances espacées de 2 mois normalisent la situation dans la plupart des cas : Ce laser permet aux femmes de retrouver une sexualité plaisante.

Le laser CO2 fractionné est connu et utilisé sur le visage depuis des années.

L’innovation du Gynelase vient de la pièce à main (comme une sorte de petit spéculum) qui permet d’envoyer la lumière du laser traiter la paroi vaginale
On cale la pièce à main au fond du vagin et le laser illumine la paroi vaginale d’une multitude de micro-impacts puis on remonte demi centimètre par demi centimètre pour traiter la totalité du vagin jusqu’à l’entrée.

Comme sur le visage, ces micro-impacts laser entraînent une régénération de la muqueuse, les vaisseaux se gonflent, la machine à collagène, élastine et acide hyaluronique est relancée. Ainsi repulpée, la muqueuse va retrouver élasticité et tonicité.

Rétablie, la flore vaginale est capable de se défendre contre les infections et les mycoses.
L’urètre, situé juste devant la paroi vagin se trouve moins étiré, les fuites urinaires d’effort s’améliorent nettement.

Quasi indolore, ce traitement dure 15 minutes et la vie sexuelle peut reprendre après 5 jours. On préconise de faire 2 à 3 séances à 2 mois d’intervalle pour une amélioration optimale.

Le traitement de la laxite vaginale par Liposcult :

Le traitement de la muqueuse vulvo-vaginale par Radio Fréquence se déroule dans le cabinet de dermatologie. Il se pratique sur table gynécologique, sans aucune douleur.
On réalise 3 séances à un mois d’intervalle.

La femme s’installe en position gynécologique. Puis une sonde douce, arrondie, et fine est appliquée (grâce à un gel adapté) d’abord sur la vulve, entre les petites lèvres pendant 20 minutes, puis l’intérieur du vagin pendant également 20 minutes. Cette sonde est à usage unique.

En appuyant sur la pédale, le praticien envoie des impulsions de radiofréquence dans les tissus. Une sensation de chaleur profonde peut être perçue par la femme. Il ne s’agit pas de sensation douloureuse.

Séance de radiofréquence Liposcult

Radiofréquence endo-vaginale

Ce traitement est déjà couramment pratiqué dans de nombreux cabinets à l’étranger. Il offre une solution non invasive, non hormonale, indolore et durable pour les symptômes causés par l’atrophie vaginale.

La chaleur produite par le courant de radiofréquence entraine une stimulation importante des fibroblastes qui synthétisent progressivement un nouveau tissu conjonctif.

On constate un rajeunissement de la paroi vaginale, qui retrouve peu à peu son épaisseur, sa fermeté, sa souplesse, son élasticité et des sécrétions normales. Les symptômes causés par l’atrophie vulvo-vaginale disparaissent donc rapidement.

L’effet est optimal après 3 séances (une toutes les 4 semaines). Ensuite, un traitement d’entretien annuel suffit (d’après les études pilotes).

L’effet réjuvénateur de ce traitement permet donc de faire régresser les symptômes associés à l’atrophie et notamment :

  • La Laxité vaginale avec une meilleure tonicité et un confort sexuel accru.
  • l’incontinence urinaire.
  • L’incontinence fécale.
  • L’atrophie des 4 lèvres non invasive.
  • La revascularisation du clitoris.
  • La sècheresse.

La rééducation périnéale permet de tonifier les muscles situés autour du vagin. Elle n’agit pas sur les tissus vaginaux eux-mêmes, mais seulement sur la musculature aux alentours (le périnée).

Cette rééducation (conseillée systématiquement à toutes les femmes après un accouchement) sera toujours utile.
Elle peut être réalisé par des sages-femmes, des kinésithérapeutes puis en entretien à domicile avec des appareils spécialisés.


L'apparence, cela compte aussi…

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à vouloir améliorer l’apparence de leur sexe. Peut-être parce que la mode est à l’épilation totale : ce qui était caché devient à découvert.

En vieillissant, il n’y a pas que le visage qui se chiffonne et s’affaisse…

Cliniquement, on constate un aspect pale, atrophique de la muqueuse vaginale et vulvaire avec une perte d’élasticité accompagnée d’une perte des crêtes vaginales. Cela favorise un certain degré de béance vulvaire et/ou vaginale.
Des cicatrices d’épisiotomie qui était bien tolérées peuvent devenir gênantes.
Les grandes lèvres se fripent et s’aplatissent et ne protègent plus la fente vulvaire.
Avec l'âge, la pilosité génitale se raréfie.

La carboxythérapie et la radiofréquence LIPOSCULT permettent de redonner de la tonicité et de la fermeté aux grandes lèvres, au périnée et au pubis.

Les injections d’acide hyaluronique permettent de rebomber les grandes lèvres : cela redonne immédiatement un meilleur confort et un aspect visuel plus jeune.
Grâce aux injections d’acide hyaluronique, on peut aussi hydrater et régénerer des zones irritées et douloureuses (fissures, séquelles épisiotomie, paroi postérieure du vagin).

La nymphoplastie au laser CO2 permet de réduire le volume des petites lèvres.
En règle, les femmes souhaitent que leurs petites lèvres ne dépassent pas des grandes lèvres. Si elles dépassent beaucoup, cela peut gêner pour le sport, lors du port de vêtements serrés, ou lors des rapports sexuels.
Parfois, la demande est purement esthétique et il faut bien prendre en compte l’extrême diversité de formes et de tailles des petites et grandes lèvres.
Il suffit, pour s’en rendre compte d’aller sur le site de Jamie Mc Cartney http://www.greatwallofvagina.co.uk/home

Il a moulé les vulves de 400 femmes pour rassurer les femmes quant à leur « normalité ».
En effet, il est difficile pour une femme de voir son sexe et, souvent, les seules images que les femmes ont de leur sexe, c’est celles véhiculées par la pornographie qui ne correspond pas du tout à leur univers…

Nymphoplastie laser Co2

Le blanchiment au laser CO2 fractionné ou avec un peeling permet d’améliorer une pigmentation trop sombre de la vulve et redonne de la tonicité.

Pigmentation de la vulve

Les LED sont très utiles dans toutes les pathologies inflammatoires, les troubles de la cicatrisation et les douleurs vulvaires quel qu’en soient la cause :

  • Améliorer la sécheresse vaginale
  • Accélérer la cicatrisation après un traumatisme, un accouchement, une déchirure ou une épisiotomie. 
  • Aider à la cicatrisation après les procédures de lasers ou radiofréquences vaginales ou vulvaires. 
  • Traiter les petites fissures de la fourchette vulvaire qui surviennent parfois après des candidoses à répétition. Elles sont très handicapantes et ne manquent pas de perturber les rapports sexuels, au point parfois de les interdire.
  • Eviter les récidives dans les vulvites à répétition.
  • Dans les lichens scléro-atrophiques. 
  • Vulvodynie, douleur vulvaire.

Il est tout à fait licite de vouloir conserver un bel aspect et un fonctionnement optimum de son sexe.  Retrouver des organes génitaux sains et fonctionnels… c’est possible !

Pourtant, un tabou tenace impose un silence accablant, même au sein de la communauté médicale, sur les organes génitaux et leurs fonctionnements.
Ils méritent pourtant qu’on en parle et qu’on en prenne soin tant pour le plaisir et la satisfaction qu’ils offrent quand ils fonctionnent bien, que pour les souffrances qu’ils occasionnent lorsqu’ils sont défaillants ou malades…

Nous touchons là au domaine de l’intime. Lorsque les organes génitaux (génitalis : qui engendre) vont mal, cela affecte négativement son estime de soi et par voie de conséquence, l’équilibre de la relation amoureuse…

C’est un gage de bonne santé car une sexualité épanouie est fondamentale pour bien vieillir…

NoteRestauration vulvo-vaginale5.005basée sur5visiteurs
Cette page vous a plu ?
Dans le cadre de l'amélioration de l'information que nous vous communiquons, vous pouvez noter cette page.
Cliquez pour noter !
Prendre contact avec le centre

Abonnez-vous à la newsletter
OU
Prendre un RDV en ligne sur notre site

Suivez-nous sur les réseaux

Retrouvez nos vidéos sur Youtube
Rejoignez-nous sur Facebook
Donnez votre avis sur Google
Retrouvez nous sur Twitter
Retrouvez nous sur Pinterest
Retrouvez nous sur Instagram