• Traitement de la cellulite

Traitement de la cellulite à Le Crès - Montpellier

La cellulite est le problème féminin le plus fréquent avec l’épilation.

Au centre de dermatologie esthétique et laser du Cres, nous nous sommes dotés des tous derniers moyens pour améliorer cet aspect disgracieux de peau d’orange. Nous savons combien la cellulite peut gêner les femmes et les empêcher de s’épanouir pleinement.

La cellulite est une « affection chronique » du tissu sous cutané ou hypoderme. Elle touche essentiellement les femmes et n’est associée à aucune maladie. Elle altère pourtant fortement la qualité de vie.

Elle n’est pas forcement en relation avec un surpoids ou une obésité qui eux, génèrent des ennuis de santé (diabète, hypertension, arthrose, troubles lipidiques, etc).

On voit souvent des femmes minces avec beaucoup de cellulite.

Je vais essayer de vous expliquer ce qu’est la cellulite et pourquoi les hommes n’en ont pas :

L’hypoderme est situé sous la peau entre le derme et les structures plus profondes (muscles, tendons, os). Il protège l’organisme des chocs physiques, des variations de températures et sert de réserve d’énergie grâce aux cellules graisseuses : les adipocytes. Il contient également de nombreux vaisseaux et des fibroblastes qui fabriquent le tissu de soutien de toute cette structure (cloisons fibreuses).

La cellulite affecte la peau

Traitement contre la cellulite

Dans la cellulite, il y a, à des degrés divers, un dysfonctionnement de chacun de ces types de cellules.

Les adipocytes constituent la réserve de triglycérides.  C’est la réserve énergétique de l’organisme qui puise dedans pour son fonctionnement quand il n’a plus de sucre à disposition. Ils sont plus ou moins gros en fonction de notre alimentation, de l’équilibre hormonal (rôle des estrogènes chez la femme), de notre hérédité, du stress, de notre activité physique.

Quand ils grossissent trop, les adipocytes compriment les vaisseaux ce qui entrainent une diminution de la vascularisation et de l’oxygénation des fibroblastes avec une rétention d’eau et une stagnation des déchets. Cette mauvaise vascularisation fait souffrir les fibroblastes. Ils produisent alors de la fibrine qui cloisonne les cellules graisseuses et comprime un peu plus les vaisseaux.

Le cercle vicieux est lancé et on finit par avoir des lobules graisseux cloisonnés, fibreux avec de la rétention d’eau qui donnent cet aspect de peau d’orange caractéristique de la cellulite.

Les hommes n’ont pas de cellulite car, chez eux, les lobes adipocytaires sont disposés de façon polygonale alors que, chez la femme, ils ont parallèles et perpendiculaires à la surface de la peau.

La peau chez l'homme et chez la femme

La peau chez l'homme

Les cellules graisseuses d’un homme sont retenues par des cloisons fibreuses de collagène qui s’entrecroisent.

Quand un homme prend du poids, ces cellules graisseuses s’élargissent. Comme elles sont bien cloisonnées, elles soulèvent l’ensemble de la peau de façon uniforme et forme un bourrelet ou un tablier graisseux. Les cellules graisseuses ne peuvent pas faire hernies dans le derme et donner un aspect capitonné. Les hommes peuvent être gros mais … ils n’ont pas de cellulite !

La peau chez la femme

Les cellules graisseuses d’une femme sont retenues sous la peau par des cloisons fibreuses parallèles entre elles et perpendiculaires à la surface de la peau.

Quand une femme prend du poids, ces cellules grossissent. Elles font hernies dans le derme et « poussent » la peau en causant des irrégularités à sa surface.

C’est le très tristement fameux aspect « peau d’orange » de la cellulite.

Evaluation de la cellulite

En fonction de la prédominance de telle ou telle anomalie, on différencie des cellulites adipeuses où prédomine l’hypertrophie des cellules adipeuses, des cellulites œdémateuses où domine la souffrance vasculaire avec des œdèmes des jambes et des cellulites fibreuses où la peau prend un aspect dur cartonné.

Le traitement sera différent en fonction de l’anomalie prépondérante. Il doit être global et prolongé.

Chez la femme, la cellulite a une topographie gynoïde : cuisses, face postérieure des fesses et des mollets, genoux, chevilles, hanches.

A un stade initial, l’anomalie n’est visible qu’en pinçant la peau. Ensuite, elle se voit en position debout pour être permanente et visible même couché à un stade avancé. On definit 4 stades en fonction de l’importance des lésions.

  • Stade I Peau d’orange apparaissant au pincement
  • Stade II Peau d’orange spontanée, visible seulement en position debout
  • Stade III Peau d’orange spontanée, visible en position debout et couchée
  • Stade IV Peau d’orange spontanée, visible en position debout et couchée

Stades de la cellulite

Mécanisme de formation de la cellulite :

La mauvaise circulation est un facteur déterminant dans la cellulite, car elle entraîne une souffrance des tissus. Ils reçoivent moins d’oxygène et de sang générant stress oxydant et libération de radicaux libres. Une inflammation apparaît : les adipocytes gonflent, la quantité de liquides extracellulaires augmente, les fibroblastes produisent de la fibrine et le cycle se poursuit.

Le capitonnage de la peau est causé par cet épaississement des cloisons fibreuses. La compression des vaisseaux sanguins et lymphatiques accentue la souffrance vasculaire, ce qui maintient la production de radicaux libres et entretient l’inflammation.

Ce phénomène peut se produire dans presque n’importe quelle zone du corps, surtout si le patient souffre de maladies sous-jacentes.

Quelles sont les causes de la cellulite ?

Elles sont multiples : hormonales, génétiques, liées à des prédispositions ou au mode de vie. Le taux d’œstrogènes est un facteur clef, mais le taux d’insuline, de thyroxine, de prolactine, de noradrénaline ou d’adrénaline, et des facteurs génétiques jouent aussi leur rôle.

Les facteurs prédisposants sont le genre, car la prévalence est bien plus élevée chez la femme, l’origine ethnique, la distribution des graisses, des troubles lymphatiques sous-jacents et des troubles vasculaires.

La cellulite est également favorisée par un mode vie stressant, parce que les taux élevés de noradrénaline circulante provoquent une ischémie relative dans les régions sujettes à cellulite.

La cellulite s’installe souvent lors des épisodes hormonaux important de la femme : puberté, ménopause, après une grossesse.

Comment traiter la cellulite ?

Un examen clinique et une connaissance de votre terrain est nécessaire pour évaluer le type, la localisation et l’importance de la cellulite.

Muni de tous ces éléments, votre dermatologue va pouvoir vous proposer un plan de traitement.

Il est essentiel d’avoir un bon équilibre nutritionnel.

Il faut limiter au maximum les sucres rapides et l’alcool qui, s’ils ne sont pas utilisés immédiatement par un exercice physique, vont directement se stocker sous forme de triglycérides dans les cellules graisseuses.

Un suivi par une diététicienne lors de la phase d’attaque du traitement me paraît utile. En effet, il faut faire une enquête alimentaire pour repérer les défauts de notre alimentation et trouver une solution adaptée à notre mode de vie.

Un soutien psychologique est souvent intéressant si vous avez des mauvaises habitudes (grignotages lors des stress, boulimie, etc).

Il faut également pratiquer un exercice physique modéré mais régulier : l’équivalent d’une heure de marche assez soutenue trois fois par semaine.

On vous proposera des crèmes qui agissent au mieux sur les cellules du tissu conjonctif et les cellules graisseuses (sans en attendre des miracles).

Pourtant, tous ces éléments bien faits, ne suffisent pas toujours à faire régresser la cellulite.


Alors, en fonction de votre type de cellulite, on associera différents soins :

La carboxythérapie est une technique qui est très utilisée dans le monde entier. On prône ses vertus dans tous les congrès internationaux.

En France, pour des raisons administratives, la Carboxythérapie a été interdite dans cette indication par le Décret N°2011-382 du 11 avril 2011 relatif à l’interdiction de la pratique d’actes de lyse adipocytaire à visée esthétique. Pourtant, la carboxythérapie n’entrainent pas de lyse adipocytaire : elle ne détruit pas les adipocytes mais elle a été assimilée aux autres techniques de lyse.

S’il existe un relâchement ou des vergetures associés à la cellulite, il peut être intéressant de l’associer à nos traitements contre la cellulite.

En effet, les effets bénéfiques de la carboxythérapie sont dus au phénomène de dilatation des vaisseaux capillaires et à l‘amélioration de la libération de l’oxygène par le CO2. Il en résulte un meilleur apport d’oxygène et de nutriments dans les tissus. Cette bonne oxygénation des travées fibreuses agit sur un des mécanismes déterminants dans la formation de la cellulite.

Cet apport active le métabolisme des cellules à tous les niveaux et notamment, pour l’hypoderme, on observe une activation du métabolisme des cellules graisseuses qui ainsi, diminuent de volume et une amélioration de la micro-circulation des vaisseaux sanguins et lymphatiques ce qui permet de diminuer la souffrance vasculaire des tissus, de désinfiltrer et de drainer de la zone traitée.

La mésothérapie sans aiguilles par Infusion nous permet de passer sous la peau, sans injection, un mélange de molécules lipolytiques, vasodilatatrices et activatrices des fibroblastes.

La radiofréquence permet d’améliorer la cellulite en produisant dans la chaleur dans le derme et l’hypoderme. Cette chaleur stimule puissamment les fibroblastes qui remodèlent les travées fibreuses et fait fondre les adipocytes. C’est donc un élément important dans la prise en charge de la cellulite surtout sur des zones localisées.

Le laser vert VERJU est un élément clé dans le traitement de la cellulite. Il agit sur l’aspect peau d’orange, sur les formes (Body contouring) et même sur le poids !

La lumière laser verte émise par le Verju agit sur les cellules graisseuses par biostimulation et entraîne la liquéfaction de la graisse ainsi que la création de micropores pour permettre la libération des acides gras dans le système lymphatique pendant 48 à 72 heures après le traitement. Cette graisse est éliminée naturellement par le foie via les selles et les urines. Le laser vert Verju stimule également les fibroblastes qui remodèlent leur collagène et défibrosent les cloisons de l’hypoderme.

Le bras articulé à 360 degrés avec six diodes permet de couvrir de larges zones et de traiter l’ensemble du corps en une séance, recto puis verso.

La taille des cellules graisseuses diminue visiblement dès la deuxième semaine et la silhouette s’affine progressivement.

Les ondes de choc Z Wave : optimisent et renforcent l’efficacité des toutes ces techniques : ils sont associés systématiquement après une séance de Verju.

Les LED sont souvent associées pour augmenter l’efficacité de ces techniques. Elles redonnent de l’énergie aux fibroblastes, calment l’inflammation chronique de l’hypoderme et aident à réguler le métabolisme des cellules graisseuses.

Au cours de la consultation préalable à tout traitement, votre dermatologue vous explique ces différentes techniques et vous précise lesquelles sont les plus utiles pour vous.

En fonction de votre type de cellulite, de son stade, de votre disponibilité et de votre budget, il vous propose alors un plan de traitement personnalisé qui associera certaines de ces différentes techniques pour avoir un résultat optimal.

Il vous remet un devis vous permettant de planifier vos soins, le but est de vous aider à aimer votre corps !!

NoteCellulite5.005basée sur6visiteurs
Cette page vous a plu ?
Dans le cadre de l'amélioration de l'information que nous vous communiquons, vous pouvez noter cette page.
Cliquez pour noter !
Prendre contact avec le centre

Abonnez-vous à la newsletter
OU
Prendre un RDV en ligne sur notre site

Suivez-nous sur les réseaux

Retrouvez nos vidéos sur Youtube
Rejoignez-nous sur Facebook
Donnez votre avis sur Google
Retrouvez nous sur Twitter
Retrouvez nous sur Pinterest
Retrouvez nous sur Instagram